Skoda Karoq 2018

Skoda Karoq 2018

Like
599
1
jeudi, 19 octobre 2017
Automobile

Skoda Karoq 2018 [ESSAI VIDEO]-Après avoir investi le terrain des SUV avec le Kodiaq, l’an passé, le constructeur tchèque poursuit l’offensive en présentant le Karoqmodèle réduit de son grand frère. Avec ses 4,38 m, il est 30 cm plus court que le Kodiaq, lequel peut profiter d’une configuration 7 places.

Il n’en reste pas moins que le nouveau venu offre une habitabilité et une modularité dignes d’un monospace compact. Pour preuve, le système Varioflex (option à 450 €), qui permet de moduler à l’envi la partie arrière, afin de profiter d’une banquette réglable en profondeur et inclinable, faisant ainsi varier le volume de coffre, en 5 places, de 521 l à 588 l suivant la configuration choisie. A noter que même sans cette option, le coffre du Karoq reste l’un des plus généreux de la catégorie, celui d’un Peugeot 3008, pourtant plus long de 7 cm, ne proposant que 520 l.

Si l’habitabilité est à mettre au crédit des points forts, la présentation aussi. Très sobre, la planche de bord séduit par son ergonomie, même si le digital cockpit, comme sur les Volkswagen ou les Audi, ne sera disponible, en option, qu’à partir de la fin de l’année 2018. La qualité des matériaux impressionne, tout comme les ajustages. Notre exemplaire, haut de gamme, disposait, il est vrai, d’un habitacle égayé par une sellerie beige et des plastiques du même ton réchauffant l’espace à vivre.

Disponible, au lancement, avec deux essence et deux diesel (116 & 150 ch), notre choix se porte sur le 1.5 TSI 150 ch, équipé de la transmission DSG à 7 rapports (option à 1 500 €). Inaudible au ralenti, souple dès 1 500 tr/min, il est parfaitement suppléé par une transmission à la gestion revue, qui fait “presque” oublier les gestions parfois caricaturales de certaines boîtes double embrayage du groupe. Uniquement proposé en 2 roues motrices (la transmission intégrale, déjà disponible sur le TDI 150, n’équipera le TSI 150 que l’année prochaine), le SUV Skoda s’est néanmoins parfaitement accommodé des routes sèches, et “défoncées”, de la Sicile.

L’amortissement (non piloté) fait preuve d’un confort remarquable dans les trous et les bosses, tout en ménageant un comportement routier permettant de ne pas s’ennuyer au volant. La direction est douce (mais dispose toujours d’un inutile mode Sport, apparemment très tendance) et précise, et seul le freinage a manifesté son mécontentement par quelques couinements après une boucle montagneuse menée à bon rythme.

Affiché à partir de 29 390 € déjà bien équipé (démarrage sans clé, GPS, radars de recul), le Karoq se positionne entre un Seat Ateca, moins confortable et habitable (à partir 28 750 €) et un Kodiaq (à partir 31 350 €), beaucoup plus volumineux, mais moins précis sur la route.

On aime :

  • Confort en toutes circonstances
  • Agrément du 1.5 TSI
  • Présentation intérieure et habitabilité

On aime moins :

  • Look extérieur trop sage ?
  • Version 4×4 essence l’hiver prochain

Notre verdict :

Étonnant à plus d’un titre, le Karoq risque de chambouler l’ordre établi dans la catégorie. Quitte à rendre la vie difficile à ses cousins du groupe, notamment au Seat Ateca, moins confortable, et au Volksagen Tiguan, plus chic et habitable, mais prohibitif.

One Comment

  1. Anonyme says:

    Bonjour,

    J’ai essayé un KAROQ Essence 150 cv BVA : Très bien.
    Dommage que le digital cockpit ne soit pas en option au lancement.
    Il faut attendre environ 1 an.

    Pour ma part j’aime cette voiture, mais je n’aurai pas la patience d’un an pour changer ma voiture.

    Donc je vais me tourner vers le 3008 si SKODA ne fait pas d’effort rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.